Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Je vous dis Adieu ::

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> Archives -> Archives Du Forum
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kiba
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 14 Fév 2010, 18:42    Sujet du message: Je vous dis Adieu Répondre en citant

Jaune        
Couleur vive, couleur chaude, espoir. Source d'énergie, anéantissant les ténèbres.       
      
Mes pensées sont vagues. Elles dérivent à chaque instant. Pourquoi ses pensées m'envahissent telles ? Et puis cette chanson qui me donnait tant d'espoir. Cette chanson que me chantait ma sœur. Seule elle savait m'aimait tel que j'étais... mais qui j'étais ? Je n'avais la réponse. Cette amour chaud que m'apportait ma sœur de sang, ma sœur de cœur. Son étreinte si chaleureuse, si forte en émotion. En un seul mot je peux résumer ceci : Amour.

Rouge        
Couleur sang, sang qui coule, douleur. Vision des choses.        
 
Une fois encore, akamaru jouait à me mordiller les mains. Son regard si pétillant, sa queue si frémissante. Mon cœur si palpitant. Je rigolais à cette douleurs tant aimé. Je souriait plutôt à cette sensation. Une sensation de bien être. Pas avec moi, mais avec avec le monde. Un monde qui m'apporte tant, mais si peu à la fois. Ma soeur réclamais du travail, je n'en ai point fournis, elle réclamait du courage. C'est ce que je possède le moins.Akamaru agité par mon absence mordilla plus fort, transperça ma peau.Je cria, et foutu une droite à mon amour, mon amour de chien et à mon amour propre. Ce geste venait de me souiller. Venait de souiller ma complicité avec ce petit être qui m'est si cher. Ma main saignait abondamment, ce fut la raison de mon départ.

Noir        
Triste couleur, obscurités embrassant âmes perdues.        
 
Les couloirs reflétaient étrangement mon humeur si accablante. Ils étaient sombre et restreint. Tout comme ma poitrine. Je sentais en moi un sentiment de vide. Je perdais tout ce que j'entretenais. Mes pas étaient lents, lourd et sans le moindre bruit. Mes pensées toutes aussi sombres, que cette prison qui se refermait petit à petit en moi. Le couloir me paraissait comme un enfer. La traversait longue. Ces murs semblaient se rapprocher de moi dans l'espoir de m'écraser. D'écraser ma peine et ma douleur. Il n'y avait plus de joie, ni d'amour à retirer.

Bleu        
couleur nostalgique        
 
Une porte, avec un simple écriteau sur lequel était écrit Infirmerie. Je l'ouvris sans prendre le peine de frapper. Dans ce monde, plus rien de valait la peine de frapper, de montrer sa présence et de demander du soutien. Personne n'était là pour m'ouvrir. Personne n'était là pour m'aider. Comme je l'avais prédis, personne ne fut présent. Ma main recouverte de sang séché, ma plaie ne saignant plus, je m'assis attendant comme j'ai toujours fais. J'ai toujours attendu sans jamais savoir pourquoi et qui.

Néant        
Mes attentes.       
      
Ma vie n'avais désormais plus aucun sens. Ma vie n'avais à vrai dire jamais eu de sens. J'avais toujours attendu, mais jamais je ne sus quoi. Au loin une cravatte, assis... sur une chaise. La vie est un long et triste fleuve qui se voit contourner certains obstacles, plus dur les uns que les autres. Puis un jour elle se voit tomber de hauts et rejoindre ses pairs. Je savais bien que cette porte m'étais plus ouverte que celle de la vie. Mais qui pourrait m'attendre là-bas ? Personne, jamais personne ne m'a attendu.
Doute.
Décision.

Je pris cette cravatte, monta sur une chaise, posa un pied sur le dossier fermement. Décidé, je noua la cravate qui me servait aujourd'hui de corde autour d'une poutre. L'emprise se renforça autour de mon cou. D'un geste plein d'amertume, je donna un cou dans ce dossier, la chaise tomba. Une main invisible se referma sur mon cou tandis que l'air n'avait plus libre accès à mes poumons. Une violente brulure envahie à cet instant tout mon corps. Le calme vint, une lumière vint. Elle brilla de mille feu et m'enlaça. Je partis avec elle laissant derrière ma flamme, éteinte depuis longtemps.


Voyez-vous comment de simple instrument peuvent être libérateur. Je devais ma vie à cela. Oui, la prison qu'était ma vie, venait de prendre fin, laissant derrière moi... simplement mes peurs et mes doutes.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 14 Fév 2010, 18:42    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Okura Tanaka
Infirmier

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2009
Messages: 239
Emploi: Infirmier
Humeur: Joyeuse comme d'hab'
Date de naissance: 16/09/1993
Type(s): Seme
Date de naissance (Personnage): 16/09/1987

MessagePosté le: Mar 21 Sep 2010, 23:07    Sujet du message: Je vous dis Adieu Répondre en citant

Kiba, étant inactif, a été supprimer.
(En même temps, il s'est tué --' )
RP archivé !

________________________________


° C'est parfois dans un regard, dans un sourire, que sont cachés les mots qu'on n'a jamais su dire... °

"Chaque instant sans lui parait deux fois plus long qu'il n'est censé l'être ... Et chaque question pour ses paroles et ses gestes devient une obsession. Je crois que je suis détraqué ..."


Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:27    Sujet du message: Je vous dis Adieu

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.     Index du Forum -> Archives -> Archives Du Forum Toutes les heures sont au format GMT + 3 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com